Étiquettes

, , , ,

Naufrages en Méditerranée : Migreurop soutient l’appel à la marche silencieuse organisée par les associations belges à Bruxelles ce 23 avril 2015

 

Marche silencieuse

Jeudi 23/04/15  

RDV à 11h Place de la Liberté

 

En l’espace d’une semaine, 1000 personnes sont décédées en tentant de traverser la Méditerranée en quête d’un avenir plus sûr. En réponse à ces nouveaux drames, les chefs d’États et de gouvernements de l’UE se réuniront en sommet extraordinaire ce jeudi à Bruxelles, au risque de renforcer toujours plus la répression et les contrôles aux frontières.
Pour appeler l’Europe à adopter une approche humanitaire plutôt que sécuritaire, le CIRÉ, Vluchtelingenwerk, le CNCD-11.11.11, la Ligue des droits de l’homme, Bruxelles Laïque, Médecins du Monde, Amnesty International, la FGTB, la coordination des sans-papiers et le Front d’action des migrants organisent une marche silencieuse et un rassemblement ce jeudi 23 avril 2015 de 11h à 13h30 Place de la Liberté, à Bruxelles.

 

Nous vous invitons toutes et tous à nous rejoindre!

 

Infos pratiques:


11h: rendez-vous Place de la Liberté (arrêt Madou)
11h30: départ de la marche (voir itinéraire ci-dessous)
12h30: arrivée de la marche au croisement de la rue Stevin et de la rue de Cortenberg
12h30 – 13h30: rassemblement, point presse et prises de parole
Merci de venir habillés en noir et de diffuser largement cet appel !

 

***

 

Shipwrecks in the Mediterranean Sea: Migreurop supports the Appeal to the silent march organized by the Belgian associations in Brussels on this April 23rd, 2015

 

Silent March

Thursday 23rd April, 2015

Appointment 11 am, Place de la Liberté

 

Within a week, 1000 persons died trying to cross the Mediterranean Sea in search of a safer future. In answer to these new dramas, the Heads of Eu’s states and governments will meet in extraordinary summit on Thursday in Brussels, at the risk of strengthening again the repression and the border controls.

 

To call Europe to adopt a humanitarian rather than security approach, the CIRÉ, Vluchtelingenwerk, the CNCD-11.11.11, la Ligue des droits de l’homme, Bruxelles Laïque, Médecins du Monde, Amnesty International, the FGTB, la coordination des sans-papiers and the Front d’action des migrants organize a silent march and a gathering on Thursday, April 23rd, 2015 from 11 am till 1:30 pm Place de la Liberté, in Brussels.
We invite you all to join us!

 

 Practical informations:


11 am: Appointment Place de la Liberté (arrêt Madou)
11:30 am: Departure of the March (see itinerary below)
12:30 am: Arrival of the March at the crossing of Stevin street and de Cortenberg street
12:30-13:30 pm : Gathering, press spot and speeches
Thank you for coming dressed in black and to disseminate widely this appeal!

 

migreurop_observatoire_frontieres-c6594

 

[FR] http://www.migreurop.org/article2597.html


Migrants en Méditerranée, 32 organisations à travers l’UE en appellent au Conseil européen

Bruxelles, le 22 avril 2015

 

Les organisations signataires ont pris connaissance avec consternation des décisions adoptées ce lundi 20 avril par le Conseil des ministres de l’UE.

 

A l’exception d’un engagement réaffirmé de faciliter la réinstallation de réfugiés et de développer les initiatives de relocalisation, le Conseil s’enferme dans une rhétorique qui non seulement a apporté la démonstration de son inefficacité mais conduit à des drames humains croissants aux frontières maritimes de l’Europe. Devant les tentatives des migrants de sauver leur vie et leur liberté en tentant d’atteindre l’Europe, parce que c’est la terre d’asile la plus proche d’eux, on attendait des ministres des États membres qu’ils prennent des mesures d’urgence. Le seul objectif qui vaille, dans ces circonstances, c’est d’assurer l’acheminement sécurisé de ces exilés.

 

Mais, témoignant d’un entêtement aveugle, le Conseil des ministres en a décidé autrement.  Non seulement, les moyens de Frontex seront, une fois de plus, accrus mais les pays tiers, voisins de la Libye seront mis à contribution. En somme, les réfugiés érythréens, soudanais, syriens, notamment, n’auraient pas leur place sur notre territoire…

 

Nos organisations estiment que, ce faisant, l’Union européenne engagerait explicitement sa responsabilité dans les disparitions de migrants en Méditerranée. C’est pourquoi elles en appellent au Conseil européen qui se réunit le 23 avril.

 

Elles attendent du Conseil européen qu’il renoue avec l’engagement qui, il y a un peu plus de quinze ans, avait ouvert la voie à « une Union européenne ouverte et sûre, pleinement attachée au respect des obligations de la Convention de Genève sur les réfugiés et des autres instruments pertinents en matière de droits de l’homme, et capable de répondre aux besoins humanitaires sur la base de la solidarité ».

 

L’Union européenne n’a pas d’alternative, sinon affronter la réalité : des milliers d’exilés ont impérativement besoin de trouver un abri. En vertu de son histoire, en application des principes sur lesquels elle a fondé sa construction, en respect de ses engagements internationaux, l’UE se doit non seulement de les accueillir mais de mettre en œuvre toutes les mesures utiles pour sécuriser leur voyage vers nos frontières. Cela suppose, au-delà du nécessaire devoir de sauvetage de celles et ceux qui sont contraints de prendre des risques inouïs pour traverser la Méditerranée, de prévoir l’ouverture de voies légales de migration pour leur éviter d’avoir à mettre leurs vies en danger.

 

Il appartient au Conseil européen d’en décider ainsi. Les organisations signataires lui en font la demande expresse.

 

******

 

[EN] http://www.migreurop.org/article2598.html

 

Migrants in the Mediterranean, 32 organisations across the EU appeal to the European Council

 

Brussels, 22 April 2015

 

The signatory organisations are dismayed to learn of the decisions adopted on Monday 20 April by the EU Council of Ministers.

 

Other than restating a commitment to facilitate the resettlement of refugees and develop relocation initiatives, the Council confines itself to a rhetoric that has not only demonstrated its ineffectiveness, but has led to growing human tragedies at Europe’s maritime borders.

As migrants strive valiantly to save both their lives and their freedom by attempting to reach Europe, because it is the land of refuge closest to them, we expected the ministers of the Member States to take emergency measures. The only worthy goal in these circumstances is to ensure the safe transit of these exiles.

 

But, in a display of blind obstinacy, the Council of Ministers has decided otherwise. Not only will Frontex be given even more powers, but third countries — Libya’s neighbours — shall be mobilised. In short, there will be no room for refugees from Eritrea, Sudan, and Syria, in particular, on our territory.
Our organisations consider that in doing so, the European Union would explicitly assume responsibility for the deaths of migrants in the Mediterranean sea. For this reason, we are appealing to the European Council as it meets on 23 April.

 

We ask the European Council to reestablish the commitment that, a little over fifteen years ago, paved the way for “an open and secure European Union, fully committed to the obligations of the Geneva Refugee Convention and other relevant human rights instruments, and able to respond to humanitarian needs on the basis of solidarity.”

 

The European Union has no other choice but to face reality: thousands of exiles absolutely need to find shelter. By virtue of its history, in application of the principles upon which it based its construction, to honour its international commitments, the EU must welcome them and, furthermore, introduce the necessary measures to secure their voyage towards our borders. This implies not just the essential duty of rescuing those who take incredible risks to cross the Mediterranean, but to open up legal means of migration so that they need not place their lives at stake.

 

It is up to the European Council to make such decisions. The signatory organisations are explicitly calling upon the Council to do so.

 

 

Signataires/signatories:


Action Luxembourg Ouvert et Solidaire – Ligue des Droits de l’Homme (ALOS – LDH)

Asociación Pro Derechos Humanos de Andalucía (APDHA)

Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés – Luxembourg (ASTI)

Association Européenne pour la défense des Droits de l’Homme (AEDH)

Associazione Ricreativa e Cultutale Italiana (ARCI)

Borderline Europe

Centre de Recherche et d’Information pour le développement (CRID)

Enda Europe

European Federation of National Organisations Working with Homeless People (FEANTASA)

Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s (FASTI)

FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme)

Fondation France-Libertés

Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM)

France Amérique Latine (FAL)

Groupe d’Information et de Soutien des Immigré.e.s – France (GISTI)

Institut de Drets Humans de Catalunya (IDHC)

International Catholic Migration Commission (ICMC)

KISA – Action for Equality, Support, Antiracism

Le Mouvement de la Paix – France

Le Syndicat de la magistrature – France

Lega Italiana Dei Diritti Dell’ Uomo (LIDU)

Liga Voor de Rechten van de Mens (LVRM)

Liga voor Mensenrechten (LVM)

Ligue des droits de l’Homme – Belgique (LDH)

Ligue des droits de l’Homme – France (LDH)

Ligue Hellénique des droits de l’homme (LHDH)

Ligue Suisse des droits de l’Homme – section Genève (LSDH)

Malta Association of Human Rights (MAHR)

Migreurop
Österreichische Liga Für Menschenrechte – OLFM

Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme (REMDH)

Solidar