Étiquettes

, , , ,

L’union européenne continue ses initiatives pour empêcher les réfugiés d’atteindre les pays susceptibles de les accueillir.

Les processus de Rabat et de Khartoum pour les bloquer avant leur arrivée en Europe.

Les pressions de Frontex, qui prend le relais du gouvernement britannique appuyé par le gouvernement français, pour arrêter le sauvetage des boat people en Méditerranée.

Statewatch dévoile des discussions au niveau de l’Union européenne pour renforcer l’efficacité de la prise des empreintes digitales en cas d’entrée irrégulière dans l’Union européenne, y compris par la force, y compris sur les mineurs ou d’autres personnes vulnérables.

Le règlement européen Dublin III oblige à demander l’asile dans un seul pays européen, qui est très généralement le pays d’entrée dans l’Union européenne, la prise des empreintes digitales lors du passage irrégulier de la frontière et leur transmission à la base européenne Eurodac faisant foi. Hors les pays d’entrée ne présentent pas des conditions d’accueil satisfaisantes, voire violent les droits des réfugiés.

Certain de ceux-ci le savent, et refusent quand ils le peuvent de donner leurs empreintes. Plutôt que d’améliorer l’accueil des réfugiés et le respect de leurs droits, l’Union européenne préfère systématiser la prise d’empreintes, par la force au besoin.

Article en anglais :

http://www.statewatch.org/news/2015/feb/forced-fingerprinting.htm