Étiquettes

, , , ,

Le 3 octobre 2013, le naufrage d’un bateau transportant des exilés tentant d’atteindre l’Europe faisait trois cent soixante-huit morts. Cet événement hyper-médiatisé en cache un autre, la condamnation de l’Italie par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour intercepter en mer les bateaux d’exilés et les refouler vers les côtes libyennes. Désormais la surveillance en mer est rebaptisée « sauvetage », et l’interception des bateaux d’exilés se fait dans le cadre de l’opération « Mare Nostrum ». Mais les personnes interceptées sur les bateaux sont maintenant ramenées vers les côtes italiennes. Il n’empêche que 2014 est aussi meurtrière que 2013 aux frontières méditerranéennes de l’Europe : aucun moyen n’a été donné aux réfugiés pour venir y demander protection, et ils tentent toujours la dangereuse traversée.

Le sabir est une langue commune utilisée jusqu’au XIXe siècle dans les ports de la Méditerranée, faite d’emprunts à différentes langues et permettant de se faire comprendre sur tout le pourtour méditerranéen. Il symbolise le lien là où les politiques actuelles créent la séparation. On peut le rapprocher de la manière dont les exilés qui n’ont pas de langue commune utilisent sur la route des éléments empruntés à différentes langues, comme l’anglais ou celles des pays traversés.

Le Festival Sabir aura lieu sur l’ile de Lampedusa du 1er au 5 octobre 2014, alliant débats et rencontres artistiques.

http://www.festivalsabirlampedusa.it/fr/

 

sl1-first